Suche
  • Marta Zaragoza Navarro et Guillaume Wegmüller

Saisir les opportunités et être à l’écoute de soi

Entretien avec Gilles Cerutti, Conseiller Stratégique du Président du CICR.

Vous êtes Conseiller Stratégique du Président du CICR. Pourriez-vous nous expliquer en quoi consiste votre travail ?

Au CICR, le Président Peter Maurer est le diplomate en chef. Mon rôle, au sein d’une petite équipe, est de le soutenir dans ses activités aussi bien à l’externe qu’à l’interne. Je travaille notamment sur la stratégie institutionnelle, qui vise à préparer le CICR aux futurs enjeux. Je renforce également les liens entre le Président et le reste de l’institution, d’une part en aidant à concrétiser sa vision et d’autre part en faisant remonter les bonnes idées. Ce travail « d’ascenseur » entre la Présidence, la Direction Générale, l’administration et le personnel sur le terrain me donne une vision privilégiée de l’activité du CICR et me permet de superviser des dossiers très variés. Pas une journée de travail ne se ressemble.

« Ce travail ' d’ascenseur ' entre la Présidence, la Direction Générale, l’administration et le personnel sur le terrain me donne une vision privilégiée de l’activité du CICR et me permet de superviser des dossiers très variés. »

Vous avez travaillé au CICR, à l’ONU puis au DFAE avant retourner chez le premier. Quel fil rouge a motivé ces changements de postes ?

Je n’ai pas de plan de carrière défini et je suis constamment à la recherche d’un défi ou d’un nouvel angle d’approche sur le travail international. Lorsque j’ai débuté au CICR, j’avais un poste sur le terrain, d’abord au Darfour puis en Colombie. J’ai rapidement réalisé que la majorité des problèmes que l’on traitait sur place avait une nature politique. J’ai alors voulu découvrir l’envers du décor, ce qui m’a amené à travailler à l’ONU et pour le gouvernement suisse. Lorsque la possibilité de revenir travailler au CICR avec Peter Maurer s’est présentée, je n’ai pas hésité – d’autant que j’ai gardé un fort attachement pour cette maison. Les femmes et les hommes qui composent le CICR sont très engagés et inspirants, et c’est un plaisir de travailler dans un tel environnement.

« Lorsque la possibilité de revenir travailler au CICR avec Peter Maurer s’est présentée, je n’ai pas hésité – d’autant que j’ai gardé un fort attachement pour cette maison. »

Pourriez-vous nous citer une anecdote marquante de votre parcours ?

Quand j’ai postulé au CICR à 26 ans, j’avais une certaine idée de l’institution mais je ne réalisais pas pleinement la réalité du travail de terrain. Le jour de mon entretien, je suis donc arrivé en avance pour visiter le musée de la Croix-Rouge. Il y avait une exposition temporaire sur l’Irak avec des photos très dures qui m’ont beaucoup marqué. L’entretien s’est néanmoins bien passé et quand on m’a accepté, j’ai vécu un dilemme interne. Je me suis demandé si je voulais vraiment aller travailler au milieu d’un conflit armé et potentiellement risquer ma vie. Quelques jours plus tard, alors que je peignais la façade de la maison de mes parents, une tuile est tombée du toit et s’est écrasée à quelques centimètres de moi. Ce fut un déclencheur, car j’ai réalisé que je pouvais tout aussi bien mourir en Suisse, bêtement qui plus est. Le CICR m’a finalement envoyé au Darfour et mes premières semaines ont été intenses, avec des peurs et des inquiétudes, mais je m’y suis habitué et le travail de terrain est devenu mon quotidien.


Vous avez mentionné les futurs enjeux auxquels fait face le CICR et sur lesquels vous travaillez. Pouvez-vous nous parler de l’un d’entre eux ?

J’ai par exemple travaillé sur les questions liées à la transformation digitale, phénomène qui génère des risques car les cyberattaques sont devenues de plus en plus fréquentes et destructrices. Notre Président a récemment lancé un appel avec 40 leaders internationaux pour épargner les infrastructures de santé de ces attaques, qui peuvent être mortelles par exemple si elles touchent un hôpital. Le CICR met actuellement en place un comité consultatif de haut niveau pour identifier des solutions aux défis liés à l’espace cyber et protéger la population civile. Ceci dit, le digital crée aussi des opportunités. Nous lancerons bientôt une plateforme sécurisée sur lesquelles les populations vulnérables pourront se connecter pour recevoir des informations au sujet des aides humanitaires et pour stocker des documents importants tels que leurs documents d’identité ou titres de propriété.

« Notre Président a récemment lancé un appel avec 40 leaders internationaux pour épargner les infrastructures de santé [des cyberattaques], qui peuvent être mortelles par exemple si elles touchent un hôpital. »

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes intéressés par une carrière dans l’humanitaire ?

C’est un monde qui peut être difficile à percer. Il faut passer par plusieurs périodes de stages, ne pas se laisser décourager et soigner son réseau. Personnellement j’ai plutôt fonctionné à l’instinct. Il est important de saisir les opportunités quand elles se présentent, tout en étant à l’écoute de soi-même. Travailler dans l’humanitaire implique de prendre certains risques, mais pas de façon inconsidérée : par exemple il est important de s’assurer que l’organisation avec laquelle on s’engage est capable de protéger ses employés sur le terrain. Ce travail demande certains sacrifices personnels mais le jeu en vaut la chandelle : il s’agit probablement des expériences professionnelles les plus enrichissantes que l’on puisse faire.

Marta Zaragoza Navarro est titulaire du bachelor en Relations Internationales de l’Université de Genève. Elle effectue actuellement un Double Master en Management Public International et Relations Internationales conjointement offert par Sciences Po Paris et l’Université de Pékin. Ses champs d'intérêt sont la diplomatie, les programmes « jeunes » ainsi que la coopération culturelle et scientifique internationale. 


Guillaume Wegmüller est titulaire du bachelor en Relations Internationales de l’Université de Genève. Il effectue actuellement un Master en Économie Internationales à l’Institut des Hautes Études Internationales et de Développement (IHEID) à Genève. Ses champs d’intérêts sont la diplomatie, la géopolitique et la coopération économique internationale.

400 Ansichten0 Kommentare

Aktuelle Beiträge

Alle ansehen

© All rights reserved by GESELLSCHAFT SCHWEIZ-UNO 2020